CECI n'est pas EXECUTE Koyré : Soutenance de thèse - Aline Waltzing : « Pour transformer les universités. L’émergence de l’"évaluation" des universités en France et aux Pays-Bas, années 1980 et 1990 »

Actualités et appels à contribution |

Soutenance de thèse - Aline Waltzing : « Pour transformer les universités. L’émergence de l’"évaluation" des universités en France et aux Pays-Bas, années 1980 et 1990 »

Lundi 15 juin 2020, 14h / Visioconférence

Soutenance de thèse - Aline Waltzing : « Pour transformer les universités. L’émergence de l’

Aline Waltzing soutiendra le lundi 15 juin 2020 à partir de 14h sa thèse de doctorat intitulée « Pour transformer les universités. L’émergence de l’"évaluation" des universités en France et aux Pays-Bas, années 1980 et 1990 ».

La soutenance aura lieu en visioconférence.

Composition du jury :

- Julie Bouchard, Université Paris 13
- Isabelle Bruno, Université de Lille
- Willem Halffman, Radboud Universiteit Nijmegen (Rapporteur)
- Christine Musselin, Sciences Po Paris (Rapporteure)
- Dominique Pestre, EHESS (Directeur de thèse)
- David Pontille, Mines ParisTech

 

Résumé

Cette thèse porte sur deux institutions d’ « évaluation » des universités créées en 1985 en France (le Comité national d'évaluation) et aux Pays-Bas (l'association des universités néerlandaises). Aujourd’hui, l’évaluation de la recherche et de l’enseignement est principalement étudiée en tant qu’outil « néomanagérial » de gouvernement des universités. Or, cette interprétation ne correspond pas à son histoire : dans cette thèse, je propose de partir de situations concrètes dans lesquelles des formes ensuite dites d’ « évaluation » ont émergé. Ce travail analyse d'abord la gestation des deux instances d'évaluation étudiées, pour se pencher ensuite sur leur fonctionnement dans les années 1980 et 1990, et il propose enfin des épilogues sur les transformations qu'elles ont connues à la fin des années 1990 et au début des années 2000. L’intérêt de la perspective historique est d’une part de mettre au jour la contingence des évolutions, l’enchevêtrement des projets réformateurs ainsi que des intentions des différents acteurs. D’autre part elle permet de percevoir les changements au fil du temps, et de montrer comment les projets peuvent se déployer ou s’inverser du fait des transformations sociales et économiques locales et internationales.

 

Abstract

In this thesis, I examine two cases of what has come to be called university “evaluation” in France (through the Comité national d’évaluation, founded in 1985) and in the Netherlands (the association of Dutch universities, founded in the same year). Today, the assessment of research and teaching in universities is often perceived in terms of a turn towards “neomanagerial” governance in academia. However, this interpretation doesn’t do justice to the history of evaluation in higher education. Focusing first on the emergence of the two assessment agencies in France and in the Netherlands, I then look into the ways they functioned in the 1980s and 1990s before they were transformed at the end of the 1990s. A historical perspective is useful for two reasons: firstly, it allows us to grasp the contingency characterising the process of establishing these instruments and to account for how the actors’ intentions were entangled with these projects; and secondly, it bears witness to the changes the sector has seen, how tendencies were spread or reversed in view of social and economic development on local and international levels.

EHESS
CNRS
MNHN
PSL
CollEx

Rechercher dans le catalogue :


flux rss  Calenda - Études des sciences

flux rss  Les techniques au Centre Alexandre-Koyré

Centre Alexandre-Koyré
UMR 8560
EHESS/CNRS/MNHN
27 rue Damesme
75013 Paris
France

Tél. : +33 (0)1 40 78 26 38