Membres | Membres statutaires

Catherine König-Pralong

Photo König-Pralong
Directrice d’études
Institution(s) de rattachement : EHESS

Coordonnées professionnelles

Centre Alexandre-Koyré - 27 rue Damesme, 75013 Paris

catherine.koenig-pralong[at]ehess.fr

Page personnelle

Thèmes de recherche

- Histoire de la philosophie

- Histoire de l’histoire de la philosophie

- Historiographie des sciences humaines et sociales

- Histoire des disciplines et de l’interdisciplinarité (XVIIIe-XIXe siècles)

- Politiques du savoir (XVIIIe-XIXe siècles)

- Savoirs et rationalités scolastiques

- Anthropologie médiévale
 

Séminaires de l'année en cours

L’invention de la modernité par l’histoire de la philosophie (XVIIIe-XIXe siècles)

Rationalités et savoirs scolastiques


Éléments de bibliographie

Livres

La colonie philosophique. Écrire l’histoire de la philosophie aux XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019.

Médiévisme philosophique et raison moderne. De Pierre Bayle à Ernest Renan, Paris, Vrin, 2016.

Avec Ruedi Imbach, Le défi laïque. Existe-t-il une philosophie de laïcs au moyen âge ?, Paris, Vrin, 2013. [Traduction italienne : La sfida laica. Per una nuova storia della filosofia medievale, Roma, Carocci, 2016.]

Le bon usage des savoirs. Scolastique, philosophie et politique culturelle, Paris, Vrin, 2011. Open Access

Être, essence et contingence. Henri de Gand, Gilles de Rome, Godefroid de Fontaines, Paris, Les Belles-Lettres, 2006.

Avènement de l’aristotélisme en terre chrétienne. L’essence et la matière : entre Thomas d’Aquin et Guillaume d’Ockham, Paris, Vrin, 2005.

 

Livres co-édités

Together with Mario Meliadò and Zornitsa Radeva (eds), The Territories of Philosophy in Modern Historiography, Bari-Turnhout, Pagina-Brepols, 2019. Open Access.

Together with Mario Meliadò and Zornitsa Radeva (eds), ‘Outsiders’ and ‘Forerunners’. Modern Reason and Historiographical Births of Medieval Philosophy, Turnhout, Brepols, 2018.

 

Articles et chapitres d'ouvrages

« La raison philosophique moderne et ses historiens (XVIIIe-XIXe siècle) »,  Studia philosophica, 76, 2017, p. 19-36. Open Access.

« L’histoire de la philosophie appartient-elle au champ des sciences humaines et sociales ? »,  Revue d’histoire des sciences humaines, 30, 2017, p. 49-70. Open Access.

«Alterität, fremde Nähe und Hybridisierung. Die Araber in der Philosophiegeschichte um 1800», in R. Elberfeld (Hg.), Philosophiegeschichtsschreibung in globaler Perspektive. Deutsches Jahrbuch Philosophie, 9, 2017, p. 231-252. Open Access.

«Entangled Philosophical Ideologies. The Language of Reason: From Modern French to Scholastic Latin», in U. Zahnd (ed.), Language and Method, Freiburg, Rombach, 2017, p. 337-355. Open Access.

«Rhetorik gegen Spekulation. Ein Antagonismus der scholastischen Bildungsgeschichte», in A. Speer, Th. Jeschke (Hg.), Schüler und Meister, Berlin, De Gruyter, 2016, p. 45-58. Open Access.

« L’histoire médiévale de la raison philosophique moderne (XVIIIe-XIXe siècles) », Annales HSS, 2015/3, p. 667-711. Open Access.

 « L’empire de la doctrine. Théologie versus sens commun », in J.-Ph. Genet (éd.), Vérité et crédibilité : construire la vérité dans le système de communication de l’Occident (XIIIe-XVIIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 95-113. Open Access.

 

Présentation

J’ai consacré mes premiers travaux à la philosophie médiévale, que j’ai approchée sous l’angle de la circulation des savoirs entre mondes gréco-arabes et scolastique latine. La théologie scolastique, ses efforts pour bâtir un empire doctrinal d’une part, les représentations laïques du savoir et de la société d’autre part, ont constitué les deux pôles de cette recherche. J’ai ensuite donné une coloration historiographique à mes travaux avec un projet, l’ERC-Co-Grant MEMOPHI, qui portait sur les constructions du moyen âge par les historiens de la philosophie modernes. Dans le prolongement de cette enquête, j’ai étudié la formation de l’histoire de la philosophie et l’institutionnalisation de cette discipline dès la fin du XVIIIe siècle, en reconstruisant ses entrecroisements avec les sciences naturelles, la linguistique, la géographie, l’ethnologie, l’anthropologie et l’histoire de la culture.

Ces enquêtes ont mis en évidence un ressort de la formation de la modernité. En Europe, à partir des Lumières, les historiens de la philosophie et de la culture élaborent des récits dans lesquels la rationalité analytique et réflexive est considérée comme le propre ou la culture de l’Europe. Dans le même mouvement, ils identifient d’autres ensembles socio-intellectuels, qu’ils désignent comme des « cultures » et perçoivent comme exotiques, archaïques, médiévales, hétérogènes (aux sens biologique et culturel) ou prémodernes, à l’instar de la sagesse chinoise, de la pensée sémitique ou des sociétés amérindiennes. Parallèlement, les parties du monde où sont situées ces cultures deviennent les terrains de savoirs empiriques européens, de la botanique à l’ethnologie, alors que l’Occident se construit et se réfléchit avant tout dans les savoirs théoriques : la philosophie, la psychologie, l’économie, puis la sociologie.

L’étude de ces territorialisations culturelles et disciplinaires qu’accompagnèrent, à l’âge moderne, une temporalisation des objets de connaissance et une historicisation des savoirs, s’inscrit dans le contexte d’une histoire interdisciplinaire des sciences de l’homme, de la culture et de la société sur la longue durée et dans une perspective globale. Dans cette optique, la fin du XVIIIe siècle peut être envisagée comme un moment d’historicisation et un cultural turn décisifs pour la fabrique du monde contemporain.
 

 

Dernière mise à jour : septembre 2019

Document(s) à télécharger

EHESS
CNRS
MNHN
PSL
CollEx

Rechercher dans le catalogue :


flux rss  Calenda - Études des sciences

flux rss  Les techniques au Centre Alexandre-Koyré

Centre Alexandre-Koyré
UMR 8560
EHESS/CNRS/MNHN
27 rue Damesme
75013 Paris
France

Tél. : +33 (0)1 40 78 26 38