CECI n'est pas EXECUTE Koyré : Appel à participation - Séminaire de formation doctorale : Mobilités en temps de guerre

Actualités et appels à contribution |

Appel à participation - Séminaire de formation doctorale : Mobilités en temps de guerre

Du 2 au 7 septembre 2019 / Thessalonique (Grèce)

Appel à participation - Séminaire de formation doctorale : Mobilités en temps de guerre

L’École française d’Athènes, en collaboration avec le Centre d’Histoire des sociétés, des sciences et des conflits de l’université de Picardie-Jules Verne et le Centre Alexandre-Koyré, organise un séminaire de formation doctorale sur le thème des Mobilités en temps de guerre.

 

Programme scientifique

 

Le séminaire doctoral propose un cadre de formation et d’échange sur le thème des Mobilités en temps de guerre. Les mobilités sont un enjeu central de la Première Guerre mondiale, comme de nombreux conflits contemporains. À partir de 1914, la guerre provoque des déplacements massifs de populations, tant civils que militaires. Des millions de soldats - 75 millions en 1918 – sont mobilisés sur les fronts européens, en Méditerranée et au Moyen-Orient. Les corps expéditionnaires français, britanniques et américains vivent la Grande Guerre sur le mode du déracinement et de l’adaptation à des terrains d’opérations extérieurs. C’est notamment le cas sur le front de Macédoine, qui constitue un terrain d’observation central, mais encore peu étudié, de ces expériences de guerre qui impliquent des forces métropolitaines et coloniales (Indian Army, Tirailleurs sénégalais et annamites…).
L’étendue des zones de front et les conséquences de la guerre totale provoquent aussi des déplacements massifs de civils, fuyant les armées ennemies ou les exactions commises à une échelle inédite (génocide arménien).
Le séminaire sera l’occasion d’examiner comment ces populations, dans leur diversité, ont vécu l’expatriation du temps de guerre. Ces expériences de mobilité ont d’ailleurs souvent été multiples pour les individus, que l’on pense aux soldats mobilisés successivement sur des fronts différents ou aux civils confrontés à un exil prolongé.
L’administration des populations déplacées, des civils ou des militaires des corps expéditionnaires, soulève des enjeux inédits pour les autorités locales, nationales ou à l’échelle des alliances militaires qui cherchent à coordonner leur action. L’exceptionnel du temps de guerre s’articule ici aux enjeux traditionnellement associés aux populations migrantes, qui seront mis en perspective dans la longue durée :

- Le voyage : organisation, modalités, trajets
- Politiques publiques, régulation et contrôle
- Transformation des espaces d’installation : camps, quartiers réservés
- Hygiène, santé et triage médical
- Logistique : hébergement, transport, ravitaillement. Développement des infrastructures, aménagement du territoire
- Politiques de retour (des réfugiés, des rapatriés, des prisonniers…)

La présence de ces populations étrangères entraîne des expériences sociales inédites, faites d’échanges avec les populations locales mais aussi de tensions. Les économies locales sont souvent bouleversées par la présence de ces nouveaux consommateurs (cherté de la vie, recours au marché informel).
Les enjeux des mobilités seront aussi examinés sous l’angle culturel. La question des liens, ceux que l’on tente de maintenir avec ses proches ou ceux que l’on forme avec la communauté des expatriés ou avec les populations locales, est centrale dans l’expérience d’expatriation. Les déplacements de populations pendant la guerre ont ainsi pu être un moment inédit de découverte d’autres populations et d’autres cultures.
En Macédoine comme ailleurs, la guerre apparaît comme un moment clé de cristallisation des identités et des représentations de l’Autre, qui revisite par exemple tout un imaginaire exotique. On s’attachera en particulier à examiner la manière dont les mobilités du temps de guerre reconfigurent les relations de genre, à la faveur par exemple de la présence de corps expéditionnaires presque exclusivement masculins.
Le choix du front d’Orient comme terrain privilégié des sessions sera l’occasion de décloisonner le cadre chronologique de la guerre pour saisir des enjeux ancrés dans le long terme (armées coloniales du XIXe siècle, guerres balkaniques des années 1912-1913, mobilisation de longue durée des corps expéditionnaires jusqu’aux années 1920) et d’ouvrir la réflexion à des conflits postérieurs à la Première Guerre mondiale.
 
Le séminaire sera organisé en sessions thématiques sur le thème des mobilités pendant et après la Première Guerre mondiale. Le front d’Orient sera utilisé comme un cas d’étude privilégié, mais non unique, des mobilités en temps de guerre.
Les sessions se dérouleront dans une série de lieux historiques et archivistiques (comme le cimetière de Zeitenlik, la villa Kapadji, l’ancien hôpital russe, le centre communautaire juif). En complément du séminaire, des excursions seront organisées sur les sites de la Première Guerre mondiale.

 

► Date limite de candidature : 30 mars 2019

► Langues de travail : Français et anglais. Connaissance passive du français requise.

 

Modalités de participation

 

Le séminaire de formation aura lieu à Thessalonique, Grèce du 2 au 7 septembre 2019. Il est ouvert aux étudiants inscrits en thèse et aux étudiants de Master 2.
L’EFA prend en charge les frais d’hébergement, de restauration et des excursions sur place des étudiant(e)s retenu(e)s. Une douzaine de places est réservée pour des étudiant(e)s venant d’universités hors de Grèce.
Les étudiant(e)s prendront en charge leur billet d’avion vers Thessalonique et devront solliciter le soutien de leurs centres ou départements de rattachement.

Le dossier de candidature doit être fait en ligne sur la plateforme missions au plus tard pour le 30 mars 2019 et comprendra :

 

- une fiche de candidature

- un curriculum vitae

- une lettre de motivation

- une lettre de recommandation 

- une courte présentation du sujet de thèse

 

Contact : dir.moderne@efa.gr

 

Comité scientifique

 

- Tassos Anastassiadis (McGill University - École française d’Athènes)
- Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne)
- Léna Korma (École française d’Athènes)
- Anne Rasmussen (École des hautes études en sciences sociales, Paris- Centre Alexandre-Koyré)

 

Comité d'organisation

 

- Kostis Gkotsinas (École française d’Athènes)
- Léna Korma (École française d’Athènes)

 

Télecharger l'appel en français
Download the call for application in English

EHESS
CNRS
MNHN
PSL
CollEx

Rechercher dans le catalogue :


flux rss  Calenda - Études des sciences

flux rss  Les techniques au Centre Alexandre-Koyré

Centre Alexandre-Koyré
UMR 8560
EHESS/CNRS/MNHN
27 rue Damesme
75013 Paris
France

Tél. : +33 (0)1 40 78 26 38