Membres | Membres statutaires

Élise Demeulenaere

Silhouette
Chargée de recherche
Institution(s) de rattachement : CNRS

Coordonnées professionnelles

Muséum national d’Histoire naturelle, CP 51, 43 rue Buffon 75005 Paris

elise.demeulenaere[at]mnhn.fr

Thèmes de recherche

Rapports au vivant dans les mouvements contestataires de la modernité agricole (cas du Réseau Semences Paysannes).

J’ai travaillé ou travaille sur les thèmes suivants :

- Perceptions locales d’un paysage culturel classé sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO (Konso, Ethiopie)

- Mouvements de réappropriation paysanne des semences (Réseau Semences Paysannes, France).

- Évolution des formes de gestion et d’appropriation de la microbiodiversité fromagère (enquêtes auprès des communautés scientifiques en écologie microbienne et des acteurs du fromage au lait cru).

- Construction des savoirs et savoir-faire sur le vivant dans le contexte d’institutionnalisation de l’agroécologie (recherche participative, collectifs de pair à pair...)
 

Mots clés - paysages culturels, patrimoine, agrobiodiversité, microbiodiversité, écologisation de l’agriculture, construction et confrontation des savoirs sur le vivant, politiques des savoirs, recherche participative.

Au gré de mes chantiers de recherche, mon travail puise dans l’anthropologie sociale, l’anthropologie des connaissances,la sociologie pragmatique des controverses environnementales, la sociologie des mouvements sociaux, la sociologie des sciences et de l’innovation, la phénoménologie de l’environnement, la technologie culturelle, l’ethnoscience, la political ecology, l’environmental anthropology, les études critiques du patrimoine, l’anthropologie visuelle...

 

Séminaires de l'année en cours

"Savoirs, techniques et innovations en agriculture - perspectives d’anthropologie des connaissances", Master 2 EDTS Muséum / AgroParisTech (avec M. Barbier)

"Introduction aux humanités environnementales", cohabilité par le Master EDTS du Muséum et le Master HSTS de l’EHESS (avec W. Feuerhahn et L. Semal).

 

Responsabilités éditoriales

- Comité de rédaction de la Revue d’anthropologie des connaissances

- Direction de la collection « Ecotopiques », UGA Presses


Éléments de bibliographie

Films

Lamarque P. et Demeulenaere É., 2010, Le roi ne meurt jamais / The King never Dies, Lussas, DocNet Film. 73 min. Sous-titrage français/anglais.  

 

Livres co-édités

Blanc G., Demeulenaere É., Feuerhahn W. (dir.), 2017, Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes. Paris, Éditions de la Sorbonne, 352 p.

 

Articles et chapitres d’ouvrages

Demeulenaere É., « Savoirs paysans et conservation des ressources génétiques. Réductionnisme stratégique et réflexivité », Anthropologie et Sociétés 43-3, 2019 (Alternatives locales à la conservation environnementale). (article accepté, en révision).

Demeulenaere É., 2018, « ‘Free our seeds !’ Strategies of farmers’ movements to reappropriate seeds », in F. Girard & C. Frison (dir.), The Commons, Plant Breeding and Agricultural Research : Challenges for Food Security and Agrobiodiversity, Routledge (Earthscan Food and Agriculture), p. 210-225.

Demeulenaere É., P. Rivière, A. Hyacinthe, R. Balthassat, S. Baltazar, J.-S. Gascuel, J. Lacanette, H. Montaz, S. Pin, O. Ranke, E. Serpolay-Besson, M. Thomas, G. Van Frank, C. Vindras-Fouillet, I. Goldringer, 2017, « La sélection participative à l’épreuve du changement d’échelle. Trajectoire d’une collaboration entre paysans sélectionneurs et généticiens de terrain », Natures Sciences Sociétés 25/4 (Des recherches participatives dans la production des savoirs liés à l’environnement), p. 336-346.

Demeulenaere É., 2017, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipline », in G. Blanc, É. Demeulenaere, W. Feuerhahn (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris. Éditions de la Sorbonne, p. 43-73.

Demeulenaere É., 2016, « Les terrains globalisés de l’inscription d’un Paysage culturel. Patrimoine mondial et bioculturalité en Éthiopie », Terrains / Théories 5 (Les terrains du global).

Deschamps S., Demeulenaere É., 2015, « L’Observatoire Agricole de la Biodiversité – vers un ré-ancrage des pratiques dans leur milieu », Études rurales 195 (Le monde des inventaires naturalistes), p. 109-126.

Demeulenaere É., Castro M., 2015, « Modèles de verdissement de l’agriculture et acteurs en compétition à Rio+20 », in J. Foyer (dir.), Regards croisés sur Rio+20. La modernisation écologique à l’épreuve. Paris, CNRS Éditions, p. 185-212.

Demeulenaere É., 2014, « A Political Ontology of Seeds : the transformative Frictions of a farmers’ movement in Europe », Focaal - Journal of Global and Historical Anthropology 69 (Seeds—Grown, governed, and contested), p. 45-61.

Demeulenaere É., 2013, « Les semences entre critique et expérience : les ressorts pratiques d’une contestation paysanne », Revue d’Études en Agriculture et Environnement 94(4), p. 421-441.

Demeulenaere É., Goulet F., 2012, « Du singulier au collectif. Agriculteurs et objets de la nature dans les réseaux d’agricultures " alternatives " », Terrains et Travaux, 20 (Aux bords du champs. Agriculture et sociétés contemporaines), p. 121-138.

Demeulenaere É., Bonneuil C., 2011, « Des semences en partage. Construction sociale et identitaire d’un collectif ’paysan’ autour de pratiques semencières alternatives », Techniques & Culture 57, 2011/2, p. 202-221.

Demeulenaere É., Bonneuil C., 2010, « Cultiver la biodiversité - Semences et identité paysanne », in B. Hervieu et al. (dir.), Les mondes agricoles en politique. De la fin des paysans au retour de la question agricole, Paris, SciencesPo, p. 73-92.

Bonneuil C. et Demeulenaere É., 2007, « Vers une génétique de pair à pair ? L’émergence de la sélection participative », Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, F. Charvolin, A. Micoud et L.K. Nyhart éd., La Tour d’Aigues, L’Aube, p. 122-147.

Demeulenaere É., 2002, « Woods and social organisation », Journal of Ethiopian Studies 35(2), p. 81-111.

Demeulenaere É., 2002, « Le Moringa stenopetala est-il l’arbre des Konso ? », in Cormier-Salem M.-C., Juhé-Beaulaton D., Boutrais J., Roussel B. (dir.), Patrimonialiser la nature tropicale. Dynamiques locales, enjeux internationaux, Paris, Éditions IRD, p. 371-402.

 

Présentation


1. Le cœur de mes recherches porte sur les mutations contemporaines des rapports au vivant, dans un contexte général de crise de la modernité. Je développe particulièrement ce programme dans le domaine agricole en France, dans lequel le programme de modernisation agricole déployé après-guerre fait l’objet de vives contestations. Je m’intéresse au travail critique des acteurs (issus du monde scientifique ou non) pour rendre visibles de nouvelles catégories et propriétés du vivant dans les processus de production (on peut parler d’écologisation au sens de Latour). Ces efforts passent par des expérimentations pratiques collectives, par des productions de connaissances inédites, ou le plus souvent la combinaison des deux. Je m’intéresse aux alliances épistémiques (par-delà les clivages entre scientifiques et non-scientifiques) qui se forment pour inscrire ces nouvelles écologies dans les dispositifs institutionnels (réglementations, politiques publiques…). Dans le même temps, je suis attentive aux stratégies de démarcation des acteurs qui revendiquent des catégories de savoirs spécifiques (scientifiques, locaux, paysans…), et à la façon dont ces positionnements forgent ou nourrissent des identités collectives et des rapports au monde singuliers.

J’explore ces questions à partir des cas suivants :

- Mouvements pour la réappropriation paysanne des semences (Réseau Semences Paysannes, France) : leurs partenariats avec des généticiens des populations, la conception diverse et évolutive des plantes qu’ils ont fait émerger et la façon dont elle infléchit les réglementations semencières fondées sur l’idéal-type des variétés homogènes et stables (Demeulenaere et Bonneuil, 2011 ; Demeulenaere 2013, 2014, 2019).

- Émergence multi-site de pratiques et discours promouvant le pilotage des communautés microbiennes dans la fabrication des fromages au lait cru, par opposition à l’utilisation de ferments sélectionnés du commerce (recherche en cours ; co-encadrement de la thèse de Mathilde Lagrola).

Mon implication dans l’ANR IDAE, dans laquelle je dirige l’axe sur les « recompositions des savoirs », me conduit à analyser ces mutations dans les regards sur le vivant en agriculture à l’aune de l’institutionnalisation de l’agroécologie.

2. La période actuelle, caractérisée par la reconnaissance d’une pluralité des savoirs, se traduit par un appui institutionnel à la recherche participative. Dans ce contexte, je m’intéresse aux collaborations et frictions entre acteurs dans la production de connaissances sur le vivant au sein de dispositifs participatifs. Je le fais à travers mon terrain de recherche sur le Réseau semences paysannes, impliqué de longue date dans des programmes de sélection participative (Demeulenaere et al. 2017) ; je le fais également à travers l’encadrement d’un doctorant (Emmanuel Charonnet) qui ethnographie les dispositifs participatifs d’observation des papillons, ainsi que le suivi d’Aymeric Luneau, post-doctorant au Muséum qui mène une analyse socio-informatique de la communauté épistémique portant les Citizen sciences. Nous nous intéressons également à la dimension performative de ces dispositifs participatifs d’observation de la nature, jugeant utile d’apporter un éclairage sur ce qu’ils font plutôt que d’en rester à ce que leurs promoteurs ou détracteurs disent qu’ils font (Deschamps et Demeulenaere 2015 ; développements du travail d’Aymeric Luneau à venir).

3. Mon implication dans les enseignements de Master oriente une partie de mes recherches vers l’épistémologie et l’histoire de mon champ de recherche. Responsables pendant plusieurs années de l’UE « Environnement et sciences sociales », Wolf Feuerhahn et Guillaume Blanc et moi-même avons entrepris d’en tirer un ouvrage collectif. C’est ainsi qu’en 2015 j’ai consacré un volet significatif de mes recherches à l’histoire des courants de l’anthropologie contribuant à l’étude des relations des sociétés à leur environnement. Dans Humanités environnementales, Enquêtes et contre-enquêtes paru en février 2017 (Blanc et al. 2017), nous proposons un état des lieux des disciplines en sciences humaines et sociales en lien avec la question environnementale, dans l’intention de nourrir le champ émergent des humanités environnementales.

4. Mes recherches s’ancrent également en Éthiopie, au pays konso, où j’ai effectué mon terrain de thèse. Ma thèse soutenue en 2005 portait sur les usages et représentations des ligneux chez les Konso, peuple d’agriculteurs sédentaires qui cultive un territoire en terrasse dans lequel les arbres constituent un élément important du paysage. Un des éléments justifiant ma thèse était qu’à l’époque, l’Éthiopie prévoyait de présenter le pays konso comme candidat à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, dans la catégorie des « paysages culturels ». Mes enquêtes ont débordé du sujet initial, et se sont intéressées plus largement au lien entre couvert ligneux et organisation sociale, à la construction sociale du paysage, ou à l’opposition entre kommeyta et xonso, deux termes locaux que j’analyse comme des proches parents du couple sauvage / domestique.
En 2011, après plusieurs années de préparation du dossier et de multiples péripéties, le « Paysage culturel konso » a été reconnu par le Comité du patrimoine mondial. En février 2015, j’ai repris une enquête sur le processus d’inscription de ce paysage culturel à l’UNESCO (Demeulenaere 2016).
Par ailleurs, j’ai réalisé en fin de thèse (en collaboration avec Pierre Lamarque) un film ethnographique suivant le rituel de sortie de deuil du principal chef konso, décédé un an auparavant, et l’intronisation de son fils. Plus qu’une documentation filmique du rituel proprement dit, ce film offre une réflexion sur la transmission du pouvoir coutumier et la performativité des rituels dans une société « traditionnelle » en rapide mutation (Lamarque et Demeulenaere 2010).

 

Dernière mise à jour : février 2019

EHESS
CNRS
MNHN
PSL
CollEx

Rechercher dans le catalogue :


flux rss  Calenda - Études des sciences

flux rss  Les techniques au Centre Alexandre-Koyré

Centre Alexandre-Koyré
UMR 8560
EHESS/CNRS/MNHN
27 rue Damesme
75013 Paris
France

Tél. : +33 (0)1 40 78 26 38