Membres | Membres statutaires

Wolf Feuerhahn

Chargé de recherche de 1e classe
Directeur adjoint du Centre Alexandre Koyré
Directeur de la Revue d’histoire des sciences humaines
Institution(s) de rattachement : CNRS

Coordonnées professionnelles

Centre Alexandre-Koyré - 27 rue Damesme, 75013 Paris

wolf.feuerhahn[at]cnrs.fr

+33 (0)1 40 78 26 42

Page personnelle

Thèmes de recherche

• Histoire de l'organisation des savoirs (partages, conflits des facultés, programmes interdisciplinaires).

• Rapports entre les sciences de la vie et les sciences de l’homme.

• Histoire des sciences de l’homme et de l’environnement.

• Histoire de l’éthologie et du concept d’ethos.

• Pragmatique historique transnationale.

• Histoire et historiographie des études sur les sciences.

 

Séminaires de l'année en cours

« Histoire des sciences humaines et sociales » avec Emanuel Bertrand, Jacqueline Carroy, Andreas Mayer et Nathalie Richard

« Introduction aux humanités environnementales » avec Élise Demeulenaere et Luc Semal

« Introduction à l'étude des sciences : approches philosophiques, sociologiques, anthropologiques, historiques (U1) » avec Charlotte Bigg

 

Éléments de bibliographie

Livres édités

La politique des chaires au Collège de France, Paris, Collège de France/Belles Lettres, 2017. (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/120)

(avec Guillaume Blanc, Elise Demeulenaere), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes,Paris, Publications de la Sorbonne, 2017. (http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100107070)

 

Direction de numéros spéciaux de revues

(avec Rafael Mandressi, Antonella Romano), Contextualiser : une pratique transdisciplinaire ?, numéro 30 de la Revue d’histoire des sciences humaines. (http://www.editions-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100598690)

- (avec Jacqueline Carrroy, Régine Plas, Thibaud Trochu), Théodule Ribot, numéro spécial de la Revue philosophique de la France et de l’étranger 2016/4. (https://www.cairn.info/revue-philosophique-2016-4.htm)

- (avec Rafael Mandressi), Les sciences de l’homme à l’âge du neurone, n° 25/2011 de la Revue d’histoire des sciences humaines. (http://www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines.htm)

- (avec Pascale Rabault-Feuerhahn), La fabrique internationale de la science : les congrès scientifiques de 1865 à 1945, n°12/2010 de la Revue germanique internationale. (http://rgi.revues.org/236)

 

Articles et chapitres d'ouvrages

« ‘Milieu-’Renaissance auf den Schultern von Leo Spitzer und Georges Canguilhem ? Zum Nachleben der Sekundärliteratur in der Wissenschaftsgeschichte », in F. Huber & C. Wessely (ed.), Milieu. Umgebungen des Lebendigen in der Moderne, Paderborn, Wilhelm Fink Verlag, 2017, p. 18-34.

« Les sciences humaines et sociales : des disciplines du contexte ? », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 30, 2017, p. 7-29.

« 4. Partages politiques des savoirs. Lettres versus sciences, Geisteswissenschaften versus Naturwissenschaften (1800-1918) », in : D. Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, tome 2 : Modernité et globalisation (K. Raj & O. Sibum dir.), Paris, Seuil, 2015, pp. 92-113.

« A Specter Is Haunting Germany – the French Specter of Milieu. On the Nomadicity and Nationality of Cultural Vocabularies », Contributions to the History of Concepts, Volume 9, Number 2, Winter 2014, p. 33-50.

« La sociologie avec ou sans guillemets. L’ombre portée de Comte sur les sciences sociales germanophones (1875-1908) », Cahiers philosophiques de Strasbourg, 35/2014, 157-196.

« “L’homme tout entier” (der ganze Mensch) : un mot d’ordre philosophique des sciences de l’esprit allemandes », in Jacqueline Carroy, Nathalie Richard & François Vatin (dir.), L’homme des sciences de l’homme. Une histoire transdisciplinaire, Nanterre, Presses de l’Université de Paris Ouest, 2013, p. 215-231.

« Instituer les neurosciences sociales. Quelle histoire pour un nouveau label ? », Raisons pratiques, 23, 2013 : « le mental et le social », dir. par B. Ambroise & C. Chauviré, p. 115-137.

« Les “sociétés animales” : un défi à l’ordre savant », Romantisme. Revue du dix-neuvième siècle, 154, 2011, p. 35-51.

(avec Pascale Rabault-Feuerhahn), « Heidelberg um 1900 : eine Festburg des Idealismus ? Max Weber und Karl Vossler », in Kay Waechter (Hg.), Grenzüberschreitende Diskurse. Festschrift für Hubert Treiber, Wiesbaden, Harassowitz Verlag, 2010, p. 279-300.

« Du milieu à l’Umwelt. Enjeux d’un changement terminologique », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 4, 2009, p. 419-438.

« Max Weber et l'explication compréhensive » article précédé de la traduction partielle d’un essai épistémologique de Max Weber inédit en français et intitulé « Roscher et Knies et les problèmes logiques de l’économie politique historique » (1903-1906), Philosophie, 85, printemps 2005, p. 3-41.

 

Présentation

Je travaille sur l’histoire de l’organisation des savoirs en Europe (XVIIIe-XXIe siècles). Après une thèse (Une science des qualités humaines. Max Weber et les débats sur la fonction de la psychologie pour les sciences de l’homme, 2007) dans laquelle j’ai mis en évidence la position charnière et très controversée de la psychologie entre sciences de l'homme et de la nature, j’ai étendu mes recherches à plusieurs domaines d’investigation :
- l’histoire de l’émergence des partages entre les savoirs (sciences / lettres, sciences morales / sciences, moral sciences / physical sciences, Geisteswissenschaften / Naturwissenschaften…), de la disciplinarisation et de leurs remises en cause (histoire de l’interdisciplinarité)
- l'histoire transnationale et transdisciplinaire des catégories de "milieu", d' "environment" et d' "Umwelt" (de 1860 à nos jours).
- l’histoire de l’éthologie de 1850 à nos jours. Etudiant les comportements tant animaux qu’humains dans leurs milieux de vie, elle a très tôt théorisé le rôle de l’environnement dans l’étude des comportements. En retracer l’émergence permet donc d’aborder sous un autre angle les questions d’histoire des sciences de l’environnement. Il est possible de revenir sur la définition de la notion même d’environnement, sur la question du milieu et de l’éducabilité des espèces, de l’appréhension des mœurs collectives ou encore de la continuité du vivant.
- l’émergence des neurosciences sociales qui cherchent de nos jours à refonder les rapports entre sciences de l’homme et sciences de la nature.
Pour ce faire, je m’emploie à mobiliser les facteurs tant politiques, sociaux, économiques qu’intellectuels ainsi qu’à faire varier les échelles d’enquêtes. Je travaille sur le découpage institutionnel des savoirs (congrès, facultés, disciplines, programmes interdisciplinaires) en tenant compte de leurs appropriations tant nationales qu’individuelles variées (étiquetages, auto-étiquetages, hétéro-étiquetages).

Ceci me conduit à développer une pragmatique historique transnationale. A la différence de l’histoire des concepts, cette approche propose de partir du statut attribué par les acteurs aux termes qu’ils mobilisent (simple mot ? concept ? théorie ?) ainsi que toute les qualités (nationales ou universelles, disciplinaires ou transdisciplinaires) qui leurs sont attribués, afin de mieux saisir leurs contextualités et leurs efficaces.

 

Distinction

Médaille de Bronze du CNRS (InSHS) en 2017

Dernière mise à jour : janvier 2018

Document(s) à télécharger

EHESS
CNRS
MNHN
PSL
CollEx

Rechercher dans le catalogue :


flux rss  Calenda - Études des sciences

flux rss  Les techniques au Centre Alexandre-Koyré

Centre Alexandre-Koyré
UMR 8560
EHESS/CNRS/MNHN
27 rue Damesme
75013 Paris
France

Tél. : +33 (0)1 40 78 26 38