Membres | Membres statutaires

Pascal Dubourg-Glatigny

Pascal
Directeur de recherche
Institution(s) de rattachement : CNRS

Coordonnées professionnelles

Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

pascal.dubourg[at]cnrs.fr

Thèmes de recherche

- Arts, architecture et savoirs à l’époque moderne (1450-1750)

- Histoire des représentations de l’espace

- Epistémologie des études transnationales et histoire du mouvement espérantiste

 

Éléments de bibliographie

À retrouver en ligne à cette adresse.

 

Présentation

Histoire sociale des savoirs pour l’art et l’architecture (Axe 3. Techniques, technologie, matérialité).

L'étude des rapports entre les savoirs et les pratiques artistiques relève souvent de la transmission entre des catégories professionnelles établies. Elle induit une classification des connaissances liée à une division sociale. Cet obstacle est renforcé par une partition relevant d’une hiérarchie géo-politique fondée sur des origines nationales ou des caractéristiques propres à certaines aires culturelles.  Et pourtant, les œuvres sont le creuset d’un nombre indiscernable de connaissances et d’habitudes donnant naissance à leur singularité.

À travers une approche horizontale, il s’agit de déconstruire les catégories intellectuelles, disciplinaires et nationales afin de mieux saisir les réalisations des arts visuels, de l'architecture et les modes de représentation de l’espace dans leur contexte de production et de diffusion.

Mes recherches actuelles sont consacrées à la Pologne du XVIe siècle et plus particulièrement à la ville nouvelle de Zamość comme lieu d'expérimentation politique, architecturale et intellectuelle.

 

Le « paradigme espéranto » face aux approches transnationales (Axe 4. Savoirs et modernités).

Les études transnationales mettent en évidence les échanges d’idées, de savoirs et de pratiques entre des individus ou des groupes qui partent d’une unité reposant sur la nation. Cette approche ne renonce pas à la partition binaire qui hésite entre les états et les nations. Le « paradigme espéranto » fait référence au mouvement initié à la fin du XIXe siècle pour l’établissement et la diffusion d’une langue de communication supra-nationale, non institutionnalisée visant à abolir l’impérialisme culturel. Son histoire, transversale par nature, reste invisible aux yeux des cultures dominantes. Issu d’une proposition d'ingéniérie linguistique interculturelle s’inscrivant dans le développement des techniques de communication, il donne cependant naissance à une communauté sociale et culturelle de dimension mondiale. À travers son caractère radical, le phénomène espéranto, dont bien des conséquences théoriques restent à analyser, nous permet de saisir les caractéristiques d’autres communautés épistémiques restées elles aussi dans l’ombre de l’histoire. Il nous donne à voir nombre de configurations échappant aux catégories existantes.

Les travaux du groupe de recherche international sur l’histoire des espérantistes autour de la période de la Seconde Guerre Mondiale sont accessibles sur le carnet  https://mondmilito.hypotheses.org/

Une collection HAL, consacrée à l’histoire de l’espéranto dans sa dimension sociale, culturelle et intellectuelle recense les travaux récents sur ce champ de recherche émergeant [https://hal.archives-ouvertes.fr/ESPERANTO-HISTORIO/]

 

Autres, distinctions

- Fellow de l’Institut convergences migrations

- Médaille de bronze du CNRS 2006

- Médaille de l’Académie d’Architecture 2016
 

 

Dernière mise à jour : octobre 2020

EHESS
CNRS
MNHN
CollEx

Rechercher dans le catalogue :


flux rss  Calenda - Études des sciences

flux rss  Les techniques au Centre Alexandre-Koyré

Centre Alexandre-Koyré
UMR 8560
EHESS/CNRS/MNHN
27 rue Damesme
75013 Paris
France

+33 (0)1 40 78 26 38