2015 |

Revue d’histoire des sciences humaines

Revue d’histoire des sciences humaines

Les « années 68 » des sciences humaines et sociales, n° 26, janvier 2015

Paris,  Publications de la Sorbonne, , 348 p.

La Revue d’histoire des sciences humaines, dont l'éditeur est désormais les Publications de la Sorbonne (http://www.publications-sorbonne.fr/fr/revues/rhsh/), revient avec le numéro 26. La revue paraît à rythme semestriel.

Publiée avec le concours du Centre Koyré, du Cereg et de la SFHSH (Société Française pour l'Histoire des Sciences de l'Homme), la Revue promeut une écriture de l’histoire des sciences humaines attentive aux déterminations et contingences de la production sociale et institutionnelle des partages académiques. Animée par des chercheurs venant de différentes disciplines, elle ne souhaite pas reproduire des canons et des traditions, mais les resituer dans leur configuration historique. Cela suppose des changements d’échelle permettant de déchiffrer les rapports et conflits entre chapelles, spécialités, écoles ou sciences établies. Son objectif n'est pas de défendre la scientificité des sciences humaines, mais d’éclairer et de mettre en perspective la formation circonstanciée des partages épistémologiques ou, à l’opposé, la mise en œuvre des programmes interdisciplinaires et la mobilisation dans les sciences humaines de modèles ou d’outils extérieurs, notamment ceux appartenant aux mathématiques ou aux sciences biologiques.

Les pages de la Revue sont ouvertes aux enquêtes de fond ou qui font apparaître de nouveaux thèmes, des processus restés inaperçus et, ce faisant, souhaitent renouveler les méthodes et les questionnaires en usage.

 

Argumentaire du numéro 26

L’étude de Mai 68 a été profondément renouvelée depuis vingt ans. Mais en matière d’histoire des sciences humaines, on en est resté à des évidences : pour certains, il ne fait pas de doute que la physionomie du champ a été bouleversée, pour d’autres ce n’est qu’écume à la surface d’un océan. Les contributions réunies dans ce volume prennent au sérieux la question de l’incidence des « années 68 » sur les parcours des individus, des groupes et des disciplines, participant de ce que l’on n’appelait pas encore les « SHS » (sciences humaines et sociales). La focale varie d’un article à l’autre. Elle est micro historique quand elle s’attache à des lieux, des revues, des institutions, saisis dans leur singularité. Elle adopte une échelle disciplinaire quand, dans le cas de la géographie, les événements allemands et français sont mis en parallèle. Le dossier se fait l’écho des intenses débats et remises en question qui ont alors eu lieu dans d’innombrables mondes sociaux ou professionnels, humeur à laquelle les scientifiques n’ont pas échappé. Il dépeint une époque passionnément attachée aux expériences collectives, éphémères ou pérennes, à rebours d’un cliché trop rebattu sur l’individualisme que notre époque aurait hérité de 68. Au détour d’analyses générales, c’est toute la force du verbe et l’inventivité de l’image que l’on a tenté de convoquer, dont les « années 68 » ont été particulièrement prodigues.

 

Sommaire

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain

Éditorial

5

Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Olivier Orain

Introduction

9

Marc Joly

Excellence sociologique et « vocation d’hétérodoxie » : Mai 68 et la rupture Aron-Bourdieu

17

Patricia Vannier

Mai 68 et la sociologie. Une reconfiguration institutionnelle et théorique

45

Renaud Debailly

Critique et discipline. Les convergences entre la critique radicale et la sociologie des sciences à partir de Mai 68

63

Mathieu Quet

Mai 68 et la sociologie des sciences. Les revues sur les sciences et la société, symptôme des restructurations disciplinaires

83

Annick Ohayon

La psychosociologie des groupes aux sources de Mai 68 ?

101

Jean-Christophe Coffin

Les deux 68 de la psychiatrie

115

Liora Israël

La revue Actes : le droit saisi par le regard critique dans le sillage de 68

135

Olivier Chadoin et Jean-Louis Violeau

Architecture et sociologie : matériau pour l’analyse d’un croisement disciplinaire

151

Nicolas Ginsburger

Les « enfants terribles » de la Landschaft. Revendications, contestations et révoltes dans la géographie universitaire ouest-allemande (Bonn, Berlin-Ouest, Kiel) en 1968-1969

173

Olivier Orain

Mai 68 et ses suites en géographie française

209

Olivier Orain

Une fertilisation paradoxale ? Bilan historiographique de l’incidence de Mai 68 sur les transformations des sciences de l’homme et de la société dans les années 1960-1970

243

Document

Propositions destructives

297

Olivier Orain

À propos de « Propositions destructives »

305

Varia

Jacqueline Léon

Convergences, transferts et intégrations entre sciences du langage, sciences et ingénierie en temps de guerre et de guerre froide (1941-1966)

315

Comptes rendus

Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République (Ricardo Roque)

341

Bert Jean-François, L’atelier de Marcel Mauss. Un anthropologue paradoxal (Anne Collinot)

345

Document(s) à télécharger

EHESS
CNRS
MNHN
PSL

flux rss  Calenda - Études des sciences

flux rss  Les techniques au Centre Alexandre-Koyré

Centre Alexandre-Koyré
UMR 8560
EHESS/CNRS/MNHN
27 rue Damesme
75013 Paris
France

Tél. : +33 (0)1 40 78 26 38