Membres | Membres associés, partenaires et correspondants

Arnaud Hurel

Silhouette
Membre associé
Institution(s) de rattachement : MNHN

Coordonnées professionnelles

Muséum national d’histoire naturelle
Département de préhistoire
UMR 7194 Histoire naturelle de l’homme préhistorique
Institut de paléontologie humaine
1, rue René Panhard
75013 Paris

arnaud.hurel[at]mnhn.fr

0143316291

Thèmes de recherche

Histoire et épistémologie de l’anthropologie et de l’archéologie préhistoriques aux XIXe et XXe siècles dans une perspective sociale, institutionnelle, politique, juridique et patrimoniale afin d’en restituer les dynamiques internes et externes
• Histoire des institutions scientifiques et de leurs collections
• Socialité, réseaux savants
• La préhistoire devant l’Église et le matérialisme scientifique
• Représentations scientifiques et sociales autour des hommes antéhistoriques

 

Séminaires de l’année en cours

« Le Muséum national d’histoire naturelle, objet d’histoire »

 

Eléments de bibliographie

Livres et directions

HUREL A. L’abbé Breuil. Un préhistorien dans le siècle. Paris : CNRS éditions, 2011, 452 p. Réédition au format poche en 2014.

HUREL A. La France préhistorienne, de la Révolution à 1941. Paris : CNRS Éditions, 2007. 284 p.

 

Livres co-édités

Teilhard de Chardin en Chine correspondance inédite (1923-1940). Correspondance commentée et annotée par Arnaud Hurel et Amélie Vialet. Paris : éditions du Muséum/édisud, 2004. 288 p.

HUREL A., FOUILLERON T., CARPINE-LANCRE J. (dir.) L'œuvre de paix du prince Albert Ier de Monaco, Actes du 136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011, coll. « Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques », Paris, CTHS, 2013, 87 p.

LUMLEY H. de, HUREL A. (dir.) Cent ans de préhistoire. L’Institut de paléontologie humaine, Paris, CNRS Éditions, 2011, 248 p.

HUREL A., COYE N. (dir.) Dans l’épaisseur du temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire, Paris, Publications scientifiques du Muséum, 2011, 442 p.

 

Articles et chapitres d’ouvrages

HUREL A. « Les Préhistoriques et leurs morts au regard des préhistoriens de la fin du XIXe siècle », in LUMLEY H. de (dir.) La grotte du Cavillon sous la falaise des Baousse Rousse Grimaldi, Vintimille, Italie, Paris, CNRS Éditions, 2016, pp. 391-412.

HUREL A. « Quelle place pour la préhistoire au Palais du Trocadéro », in BLANCKAERT C. (dir.) Le Musée de l’Homme, histoire d’un musée laboratoire, Paris, MNHN, Éditions Artlys, 2015, pp. 100-123.

HUREL A. « La possibilité d’un Paléolithique chinois. La première “Mission paléontologique française en Chine” (1923-1924) », Organon, n°47, 2015, pp. 111-135.

HUREL A. « La création de l’Institut de paléontologie humaine. Une étape de la recomposition des sciences de l’Homme », in Laurière C. (dir.), 1913, la recomposition de la science de l’Homme, coll. « Les Carnets de Bérose », n° 7, Lahic / DPRPS-Direction des patrimoines, 2015, pp. 52-63.

HUREL A. « Les Préhistoriques sous l’œil des naturalistes. Les hommes fossiles, entre Muséum et Institut de paléontologie humaine », in DAUGERON B., LE GOFF A. (dir.) Penser, classer, Administrer. Pour une histoire croisée des collections scientifiques, Paris, CTHS-Publications scientifiques du Muséum, coll. « Archives », 2014, pp. 17-37.

HUREL A. « Des Bushmen en Europe ? Vénus paléolithiques et “Négroïdes” de Grimaldi dans la construction de la préhistoire française », in BLANCKAERT C. (dir.) La Vénus Hottentote entre Barnum et Muséum, Paris, Publications scientifiques du Muséum, coll. « Archives », 2013, pp. 291-363.

HUREL A. « L’échec du projet de loi sur les fouilles archéologiques et paléontologiques de 1910 », in PÈRE-NOGUèS S., KAESER M.-A. (dir.) « Financement et réglementation étatique de la pratique de l’archéologie (fin XIXe-XXe siècle) », Les Nouvelles de l’archéologie, n° 133, 2013, pp. 10-14.

HUREL A. « Préhistoire, préhistoriens et pouvoirs publics en France : la tardive émergence d’une conscience patrimoniale spécifique », Histoire Économie et Société, 2, 2010, pp. 65-79.

HUREL A. « L’État, l’archéologue et l’archéologie préhistorique dans la deuxième moitié du XIXe siècle », La fabrique de l’archéologie en France, Paris, éditions de La découverte, 2009, pp. 67-78.


Présentation

Mes recherches portent sur une analyse des processus de production du savoir et des pratiques scientifiques de l’anthropologie et de l’archéologie préhistoriques aux XIXe et XXe siècles. Elles se fondent sur une contextualisation intellectuelle et sociale de la discipline intégrant les démarches collectives et individuelles. Les sources primaires (archives, collections) sont les matériaux premiers de cette étude, en complément de l’étude des publications. Ce choix permet d’approfondir le va-et-vient entre le particulier et le cadre général social, culturel et politique. La préhistoire et ses acteurs sont alors replacés dans un contexte porteur de sens et livrés à une analyse relevant de clefs différentes (histoire, épistémologie, droit…). Le terme de « mésologie » pourrait valablement être ici utilisé pour synthétiser le parti d’étudier les influences réciproques entre un champ disciplinaire (la préhistoire et les préhistoriens) et son milieu.

Les sciences préhistoriques ne peuvent nier leur dimension ontologique. Animées par des hommes, elles ont l’Homme pour objet. Or, quelle que soit l’époque, ce matériau est loin d’être neutre et s’inscrit dans un système de représentations daté, situé et incarné. Il s’agit là du second volet de mes recherches.
Le préhistorien et son époque se révèlent à travers l’image qu’il livre de l’homme fossile. L’effet miroir est d’autant plus fort que les sciences préhistoriques se construisent sur des matériaux par nature lacunaires puisqu’ils se limitent à ce que le temps, la nature et le hasard ont bien voulu préserver et mettre sous les yeux des chercheurs. Lorsque le préhistorien se penche sur une pierre taillée, une gravure ou une peinture pariétale, une pièce d’art mobilier ou un os de Renne porteur de traces de découpe par exemple, il ne questionne pas seulement l’objet mais bien le Préhistorique, l’artiste ou l’artisan, qui l’a réalisé ou utilisé et dont il construit une représentation. Qu’il soit réservé à des confères ou destiné au grand public, ce travail du scientifique porte une vérité qui oriente le regard et qui mérite d’être interrogée par l’historien.
 

Document(s) à télécharger

EHESS
CNRS
MNHN
PSL

flux rss  Calenda - Études des sciences

flux rss  Les techniques au Centre Alexandre Koyré

Centre Alexandre-Koyré
UMR 8560
EHESS/CNRS/MNHN
27 rue Damesme
75013 Paris
France

Tél. : +33 (0)1 40 78 26 38